6 - Caprice d’élus ! Plus jamais ça !

 

Peu importe l’environnement détruit et le Béarn défiguré pour rien, nos élus ont ce qu’ils voulaient et, tels des enfants devant le jouet convoité, ils admirent le résultat : le long ruban de bitume qui a tout effacé du paysage et de toute vie sur son passage. Aujourd’hui, tels des enfants, un caprice réalisé, ils veulent en imposer de nouveaux. Nouveaux ! Pas vraiment ! L’A650 par exemple. Le TGV ! La desserte du Béarn car Pau est bien le centre du monde ! Bientôt le métro Pau Paris ! Tout rêve est permis. Mais jusqu’où irons-nous donc dans cette folie de la vitesse ? Prendrons-nous le temps de vivre ?

Quand anticiperons-nous sérieusement l’avenir, celui de nos enfants, petits-enfants…en ne dépensant pas l’argent public inutilement, laissant des dettes en héritage ? Ne serait-il pas grand temps d’ouvrir les yeux autour de nous ? Que faisons-nous de notre environnement ? Qu’en reste-t-il ? Jusqu’où irons-nous dans la destruction de la biodiversité, si précieuse pourtant pour Tous ? Quand prendrons-nous vraiment conscience de la gravité et de l’urgence ?

A tout détruire, tout bétonner, nous nous « plantons », nous fonçons « droit dans le mur ». Soi-disant compensations environnementales ! Saupoudrage vert, « poudre aux yeux » ! Mais après quelle abominable destruction ? A quel coût financier et environnemental ? Autoroute, rétablissements de voies, aires,…, combien d’hectares, pour beaucoup des terres agricoles fertiles, ont été sacrifiés ? On s’en inquiète un peu tard ! Qui va bientôt payer le manque de rentabilité ? Certainement comme prévu : nous tous, sympathiques contribuables ! Indirectement, nous payons déjà, nous dit-on !

Pourtant, un aménagement judicieux de l’axe existant aurait pu permettre sécurité et gain de temps, pour tous les usagers, riches ou pauvres, et à bien moindre coût financier et environnemental pour tous. On aurait pu éviter depuis longtemps et encore depuis l’A65, quelques accidents mortels entre Pau et Langon sur l’axe non aménagé ! Quant à la qualité de vie recherchée à la campagne, elle aurait été mieux préservée. Donc espérons que la raison reprendra le dessus !

Plus jamais ces destructions, ces dépenses, plus jamais de projet aberrant, tel l’A65, démesuré par rapport aux réels besoins et possibilités. Plus jamais ça !

Espérons que nos décideurs accepteront de reconnaître, avant qu’il ne soit trop tard, qu’ils font fausse route avec l’A650 Pau-Oloron entre autres et s’efforceront d’apporter des solutions les moins pénalisantes pour l’environnement et nos finances.

Si construire une autoroute était il y a vingt, trente ans, un progrès, construire une autoroute aujourd’hui est un anti-progrès qui va à l’encontre de toutes mesures de protection de notre Planète.